logotype

Paranapura (Amazonie-Pérou)

Les communautés shawis vivent au bord du fleuve Paranapura-Yurimaguas, en Amazonie péruvienne. Elles vivent essentiellement de l'agriculture, de la chasse et de la pèche mais aujourd'hui, leur environnement est menacé et déstabilisé par des activités économiques pétrolières et minières. 

Ainsi, l'Association de Gestion et de Développement du Paranapura (AGDP) s'est créée en 2010 par l'initiative des leaders et autorités locaux shawis, pour mettre en place différentes actions visant à améliorer les conditions de vie des communautés. 

 

Objectifs :

  • Lutter pour le respect des droits des peuples indigènes
  • Lutter pour la préservation de la forêt amazonienne

Activités :

  • Plan de sensibilisation et de formation dans 40 communautés shawis afin qu'elles puissent se réapproprier le rôle de protectrices de la forêt
  • Plaidoyer et lobbying auprès des pouvoirs publics régionaux et nationaux

Paranapura et MATM :

  • Envoi de volontaires et stagiaires
  • Soutien de projets

 

PARANAPURA ET COVID-19 

Les communautés Paranapura ont été très affectées par la covid mais la mortalité a été minime. Cela s’explique par :

1. Le fait que les leaders communautaires aient réagi rapidement en bloquant l’entrée par le fleuve et les communautés, ce qui a freiné la pandémie au début. Il y a aussi eu des leçons de solidarité avec les villes voisines très touchées, ce qui leur a permis d’apprendre comment se soigner.

2. Les communautés ont eu recours à leurs plantes médicinales et sont intervenues avec de la médecine traditionnelle 

3. Les communautés se sont jointes à tous les programmes dans le Paranapura pour vendre ce qui était possible, obtenir des dons et le programme des promoteurs de santé a été réactivé après 10 ans d’inactivité. Les populations ont évité d’aller aux hôpitaux paralysés, contagieux et sans oxygène disponible. 

Elles sont face à une faible mortalité mais il y a des séquelles : 

- Une terrible anémie et un affaiblissement des adultes à partir de 50 ans à cause des traitements naturels qui ont fonctionné mais qui sont très forts (purge, diète, etc). 

- Les enfants sont dans les fermes, il n’y a pas école à cause du manque de connectivité même si certains professeurs sont retournés dans les communautés et font classe en secret.  

Elles continuent avec leur taller verde à produire du chocolat et à le vendre, et pensent innover avec un aliment nutritionnel, le cacao organique, pour son magnésium. Les jouets en bois, les huiles essentielles et les savons continuent également à être vendus. Actuellement, elles font des ateliers à San Luis même si la mobilisation est plus complexe.  

Avec les promoteurs de santé, elles ont monté un plan de santé à partir de compléments alimentaires, de toniques de plantes naturelles. Elles doivent essentiellement se servir de leurs savoirs vu qu’aucun professionnel ne peut venir dans la zone pour les former sur le sujet.